vendredi 29 novembre 2013

Conférence sur l'évolution des télécommunications en France

 https://sites.google.com/site/assochpr/
Dans le cadre du cycle de conférences organisées par l’association « Carrefour des Humanités Paul Ricœur » du lycée Dupuy de Lôme à Lorient, Michel Guillou, ingénieur à l’Enssat à Lannion et docteur en Histoire des techniques (de Paris-Sorbonne) présentait une conférence le 28 novembre dernier sur « L’évolution des télécommunications françaises » devant des élèves de classes préparatoires du lycée et un auditoire plus large, car la conférence était également ouverte au public.

Courte présentation de la conférence

Être connecté avec ses amis, surfer sur internet en tout lieu et à toute heure est devenu une banalité. Ces possibilités ne peuvent exister que par la mise en place de très grands réseaux techniques de communication d’une grande complexité. La rapidité de ce développement est extraordinaire quand on imagine qu’il y a moins de 40 ans, il y avait seulement 5000 téléphones mobiles automatiques en France, pour atteindre aujourd’hui, le chiffre de plus de 70 millions. Il en est de même pour le développement des infrastructures filaires évoluant du transport de la voix seule au haut débit sur internet. Si la technique a joué un rôle important, ce n’est pas suffisant. Cette progression doit être analysée dans sa globalité en tenant compte du contexte (économique, juridique, social) et des usages. Une prise en compte que tout futur ingénieur doit intégrer dans sa démarche créative.
Après avoir rappelé la mise en place des premiers grands réseaux de télécommunications (téléphoniques, câbles sous-marins, radio), l’exposé s’est attaché à étudier l’action de l’Etat avec le projet de rattrapage du téléphone dans les années 1970 et le début du processus de libération du secteur des télécommunications (à partir du démantèlement d’AT&T au milieu des années 1980), deux étapes importantes dont les effets se font sentir chaque jour. Dans un troisième temps, l’auteur à montrer l’éternel compétition entre les supports (câbles, cuivre, radio, fibre) et la difficulté de construction d’un grand réseau technique pour les télécommunications des 30 prochaines années : l’infrastructure du très haut débit pour tous en fibre optique.

Il y a un peu plus d’un mois, le 25 octobre, Michel Guillou animait un débat sur le Progrès technique dans le cadre des Débats citoyens organisés par le Conseil Général des Côtes d'Armor et par des jeunes de la commune de Lanvollon -> voir un article en page 23 du magazine Côtes d'Armor